Carnet de voyage : Costa Rica

Présentation générale

  • Habitants : Ticos (hommes) / Ticas (femmes)
  • Monnaie : Dollar et Colones : On peut payer la plupart du temps avec les 2 monnaies. Par contre, la monnaie rendue n’est pas toujours rendue dans la même devise. En général, les plus grandes sommes (hôtel, bus privé…) sont affichés en dollar et les plus petites sommes en colones (restaurant, supermarché…).
  • Coût de la vie : Le coût de la vie est un peu moins élevé qu’en Europe en ce qui concerne le logement, la nourriture… Mais les activités restent chères, les parcs sont payants… Le Costa Rica est le pays le plus cher d’Amérique Centrale.
  • Langue : La langue officielle est l’espagnol, mais compte tenu du tourisme nord-américain, l’anglais est parlé par de nombreux ticos en particulier dans les endroits touristiques. On commencera alors à vous parler la plupart du temps en anglais.
  • Climat : Le climat varie beaucoup d’une région à l’autre : très humide et chaud sur la côte Caraïbe, plus sec sur la côte Pacifique et parfois un peu frais dans les terres. Les guides conseillent de visiter le Costa Rica entre Décembre et Avril. J’y suis allée fin avril, début mai, le temps était très agréable, malgré un peu de pluie en fin d’après-midi à Monteverde et également à San José en fin de séjour.
  • Horaires : Les magasins sont en général ouverts aux mêmes horaires qu’en France. Cependant au Costa Rica, le soleil se levant vers 6h et se couchant toute l’année vers 18h, les ticos vivent au rythme du soleil.
  • Nourriture : Dans les petits restaurants, appelés « soda », vous trouverez un plat typique du Costa Rica : les « Casados ». Il s’agit de riz, d’haricot noir, de salade, de banane plantain ou de « frigoles » en fonction de la région où vous êtes. Vous pourrez choisir la version végétarienne, avec viande ou avec poisson.

Particularités

  • « Pura vida » : ou « pure vie » en français est la devise du Costa Rica. Quand on demande comment ça va, on vous répondra « pura vida« . L’origine de l’expression remonte aux années 1930, pendant la crise, les ticos ajoutaient un os dans la soupe pour se donner l’illusion de manger de la viande. Ils utilisaient l’expression « puro hueso » (« pur os ») pour désigner les bonnes choses. Quand la situation s’est arrangée et que la viande est redevenue accessible, l’expression s’est transformée en « pura carne » (« pure viande« ). Dans les années 1970, l’expression a été progressivement remplacé par « pura vida« .

  • Les habitants du Costa Rica, les plus heureux au monde : Une étude de la New Economics Foundation  a classé 143 pays selon leur  indice de félicité appelé HPI (« Happy Planet Index« ). Cet indice est définit selon 3 critères : le bien-être de la population, l’espérance de vie et l’empreinte écologique. Le Costa Rica est en tête du classement alors que la France arrive en 44ème position.
  • Un pays sans armée : Après la guerre civile de 1948, le président vainqueur José Figueres Ferrer a pris la décision d’abolir l’armée. Cela a permis de stabiliser le pays en évitant tout renversement de pouvoir. De plus, l’état a fait le choix d’investir dans l’éducation, la santé et la protection de l’environnement.
    « Certains pensent que nous sommes vulnérables parce que nous n’avons pas d’armée. C’est exactement le contraire. C’est parce que nous n’avons pas d’armée que nous sommes forts. » Óscar Arias Sánchez, ancien président costaricain et Prix Nobel de la Paix en 1987
  • Ecotourisme : Le Costa Rica bénéficie de nombreuses ressources naturelles et d’une biodiversité exceptionnelle. Afin de préserver son patrimoine naturel tout en se développant économiquement, le Costa Rica a pris la décision d’investir très tôt dans l’écotourisme. Pionner dans ce domaine, le pays est aujourd’hui une référence.
  • Energies renouvelables : Le Costa Rica a battu le record de 150 jours consécutifs en utilisant 100% de son électricité produite par des énergies renouvelables. Ces énergies proviennent des barrages hydroélectrique, de la géothermie et des éoliennes. Le Costa Rica ne dépend quasiment plus du charbon et du pétrole pour sa consommation électrique.

Transport

  • Avion : Très touristique en Amérique du Nord, le Costa Rica n’est pas encore très touristique auprès des européens. Pour aller à San José (la capitale), il vous faudra passer par Madrid avec la compagnie Iberia et compter entre 15h et 17h de voyage. Il est également possible de faire une escale dans un pays d’Amérique du Nord.
  • Bus privés : Compagnie interbus : pratique et rapide, ils viennent chercher et déposent directement aux hôtels.
    Durée des trajets :
    San José / Puerto Viejo de Talamanca : 4h
    Puerto Viejo de Talamanca / La Fortuna : 6h
    La Fortuna / Monteverde (Jeep/Boat/Jeep): 3h
    Monteverde / Santa Teresa : 5h
    Santa Teresa / San José : 5h30
  • Bus publics : Le plus économique mais à privilégier si on a du temps, souvent les trajets doivent repasser par la capitale San José…
  • Location de voiture : A prévoir, certaines routes ne sont pas goudronnées, par exemple les routes pour aller à Monteverde.

Itinéraire

Circuit : 13 jours

  • Arrivée San José
  • 4 jours à Puerto Viejo
  • 2 jours à Arenal
  • 3 jours à Monteverde
  • 3 jours à Santa Teresa
  • 1 jour à San José
costa-rica-itineraire

Le Costa Rica, de la côte Caraïbe à la côte Pacifique

plage-3-punta-uva-costa-rica
Puerto Viejo
la-fortuna-volcan-arenal-costa-rica
La Fortuna
orchidee-costa-rica
Monteverde
santa-teresa-costa-rica
Santa Teresa
teatro-national-san-jose-costa-rica
San José
2016-11-19T20:25:01+00:0027 avril 2016|0 Comments